Tout | Inclassables | Delires - conneries | Art - Creation | Mouton Atitude | RaStiScaR mylife | Choses de Travers | Informatique Galeries Great Things to enjoy !

ByoC - consciences et conneries libres

ven 31 oct 2008

Et paf le chat marionette

haa les nanimaux .... vidéo faite par moi, au soir du 30 oct 2008 je n'avais pas prévu que Yalis se gamelle ^^

Allions nos forces pour construire une résistance active et créatrice.

Mobilisation génrale le 10 novembre 2008 en France.



A l'appel du Conseil national de la Résistance 2008 réactivé pour l'heure,
Une journée reconductible de mobilisation générale est organisée LE 10 NOVEMBRE 2008 dans plusieurs coins de France.

Voir les 67 correspondant-e-s du CnR dans toute la France :
Allions nos forces pour construire une résistance active et créatrice.
Pour répondre à l'appel 2004 de Résistant-e-s : Créer, c'est résister. Résister, c'est créer

Appel visible ici

oui nide iou

Reprenons nos vies en main, reprenons l'initiative citoyenne !
Pour que le 10 novembre soit le point de départ d'une résistance active et créatrice pour une alternative citoyenne à la situation actuelle.
Pour réconcilier le citoyen avec la politique. Pour reconstruire du « liant » social. Pour une politique respectueuse des humains et de leur environnement, construisons l'alternative. Pour répondre à l'appel des Résistant-e-s.

Créer c'est résister. Résister, c'est créer

Mobilisation générale le 10 novembre.
Le CnR 31
contact : cnr31[arobase]conseilnationaldelaresistance.fr

Appel des Résistants aux jeunes générations du 8 mars 2004

Appel des Résistants aux jeunes générations du 8 mars 2004
(Appel à la commémoration du 60e anniversaire du programme du C.N.R. de 1944)



Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération,


nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle.
Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et soeurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.
Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais :

- Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des ” féodalités économiques ” , droit à la culture et à l’éducation pour tous, presse délivrée de l’argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’ Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.

- Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau ” Programme de Résistance ” pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.

- Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.

Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection :
” Créer, c’est résister. Résister, c’est créer “.

Conseil National de la Résistance

jeu 30 oct 2008

Venezuelian Horror Chronicles n°1

D’ou je viens, ce pays aux plages de sable blanc, à l’eau limpide, au forets tropicales humides qui font respirer la planète et qu’on coupe à gogo, aux vastes plaines d’élevage extensif de bétail ou il existe encore des cowboys véritables et des haciendas de la taille de plusieurs département français … Ou 200 personnes ce font tuer tous les WE par des raison aussi débiles les unes que les autres, il existe encore une excellente tradition vielle comme le monde, On ce raconte encore la nuit, pendant les multiples coupures de courant, des histoires, des légendes à faire peur, certaines basés sur un peu de réalité, ou des mythes… légendes qui sont la plus part du temps destinés à servir dans l’éducation populaire.


Ceci est une histoire typique des grandes plaines Vénézuéliennes :


L’histoire raconte qu’il y a très long temps pendant la colonisation, vivait une femme très belle, son nom était Melisa, des sons enfance Melisa était très jalouse. Elle grandi, et c’est marrie avec un homme merveilleux incapable de faire du mal aux gens, ils ont eu un très bel enfant. Mais dans son village il y avait un homme de mauvaise foi menteur et coureur de filles, qui était fou d’elle, il la regardait en cachette tous les jours pendant qu’elle nageait nue dans la rivière, jusqu’au jour ou elle l’a découvert…
Que fais tu ici a me regarder en cachette ?!? pas étonnant de ta part … !
Ce a quoi il a répondu :
No je suis la pour t’avertir, femme, que ton homme est en train de te tromper avec une autre, ton mari te trahi avec ta propre mère, quelque chose de totalement incertain.
En entendant cela Melisa a pâli tout d’un coup puis est partie en courant chez elle. En arrivant elle a trouve son mari et son fils, rempli de jalousie elle mis le feu à sa cabane avec son mari et son fils de 9 mois, de loin on pouvait entendre les cris des pleurs du bébé et les cris de son homme, , mais quand les voisin sont arrivés il était hélas trop tard.
Pendant que les voisin se lamentaient, Melisa était déjà chez sa mère, elle lui raconta ce qu’elle venait de faire ainsi que le pourquoi de la chose, sa mère terrorisée, criant qu’elle ne l’avait pas trahi, courait vers le jardin, mais elle n’a pas pu fuir et Melisa l’a attaqua avec une machette, lui infligeant 3 blessures mortelles au ventre.
En mourant sa mère lui dit :
Jamais je ne t’ai menti, tu viens de commettre le pire péché de ta vie « tuer » mais je te condamne « Sayona »


Depuis on raconte dans les villages que aux hommes coureurs de fille, leur apparait une belle femme, leur demandant du feu pour allumer une cigarette. Mais ne le faites surtout pas, En le faisant vous verrez un visage spectral le visage de la propre mort, et si vous ne mourrez pas d’une peur atroce en voyant ce visage horrible, elle vous poursuivra prenant diverses formes d’animaux tel le jaguar, le loup et d’autres, jusqu'à vous faire mourir d’un infarctus, ou d’une chute accidentelle dans un ravin, ou n’importe quelle autre mort horrible.

Une autre version existe, ou c’est l’homme qui croit que Melisa est infidèle, et il met le feu a la cabane, Melisa sort mais le bébé reste et mort ds l’incendie….

dim 05 oct 2008

Desayuno Criollo Venezolano

Hey toi Français qui ne jure que par ton petit déjeuner au pain et au chocolat et autres sucreries, voila un vraie déjeuner d'homme avec mil et une saveurs plein plein d'énergie et un vraie régal pour ta langue, bref une des raisons qui font qu'au Venezuela on ce réveille avec la patate et la bonne humeur et qu'en France on fait la gueule des le matin ^^




Les Arepas ce sont des sortes de beignets a la farine de mais, ici frits à l'huile, mais on peut simplement les cuire sur une plancha



Le truc orange/jaune au fond de l'assiette ce son des œufs brouillés avec des tomates, ognons, poivre,cumin, persil, sel, on peut mettre également du jambon coupé et petit morceaux dedans et du poivron gnam !



Par ici la Galerie photos

Muere Lentamente

Muere lentamente quien no viaja,
quien no lee,
quien no oye música,
quien no encuentra gracia en sí mismo.
Muere lentamente
quien destruye su amor propio,
quien no se deja ayudar.
Muere lentamente
quien se transforma en esclavo del hábito
repitiendo todos los días los mismos
trayectos,
quien no cambia de marca,
no se atreve a cambiar el color de su
vestimenta
o bien no conversa con quien no conoce.
Muere lentamente
quien evita una pasión y su remolino de emociones,
justamente estas que regresan el brillo
a los ojos y restauran los corazones destrozados.
Muere lentamente
quien no gira el volante cuando esta infeliz
con su trabajo, o su amor,
quien no arriesga lo cierto ni lo incierto para ir
detrás de un sueño
quien no se permite, ni siquiera una vez en su vida,
huir de los consejos sensatos...
Vive Hoy!
Arriesga Hoy!
Hazlo Hoy!
No te dejes morir lentamente,
No te impidas ser feliz.

Pablo Neruda